banniere2014

Le cancer colorectal - Stop au cancer
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

Le cancer colorectal

 

Le role du colon

 

 

Le côlon est un tube musculaire et muqueux mesurant environ 1,40 mètre de long. Il forme un cadre, appelé cadre colique, et comporte quatre sections : côlon droit ou ascendant, transverse, gauche ou descendant et sigmoïde. La première section, le côlon ascendant, débute en bas à droite de l'abdomen et remonte jusque sous le foie. Il marque alors un angle droit, formant le côlon transverse, qui traverse l'abdomen de droite à gauche, puis un nouvel angle à gauche et vers le bas, formant le côlon descendant, vertical et accolé en arrière au péritoine. À l'entrée du bassin, il forme une anse mobile, le côlon sigmoïde, qui se termine par le rectum, accolé en avant du sacrum et situé en grande partie derrière le péritoine.

 

Le côlon reçoit les aliments ; il exerce une fonction motrice (stockage et brassage) et est le siège de phénomènes d'absorption (il reçoit environ 1,5 litre d'eau par jour et en absorbe plus de 90 %) et de digestion (assurée par la flore bactérienne). Ces différents processus métaboliques s'accompagnent d'une production de gaz et aboutissent à la constitution de la selle.

Le cancer colorectal

 

 

Le rôle du rectum

 

Structure

 

Le rectum est la portion terminale du tube digestif. Moins sinueux que les autres parties du côlon, il débute au niveau de la 3e vertèbre sacrée et descend en avant du sacrum et du coccyx. Il est constitué, comme le côlon, de 4 couches concentriques, respectivement, de l'intérieur vers l'extérieur, muqueuse, sous-muqueuse, musculaire et séreuse.

Le rectum, long de 15 centimètres, comporte deux segments. Le segment supérieur, dans le pelvis, constitue l'ampoule rectale ; il présente des replis permanents, les valves de Houston. Le segment inférieur, au niveau du périnée, est le canal anal ; il présente des piliers verticaux, les colonnes de Morgagni. Le rectum est en rapport vers l'avant, chez l'homme avec la vessie, la prostate et l'urètre, chez la femme avec l'utérus et le vagin.

 

 

Physiologie

 

Le rectum, par sa fonction de réservoir et grâce à l'appareil sphinctérien de l'anus, assure le contrôle du mécanisme de la défécation et de la continence fécale.

 

Il est irrigué par les artères hémorroïdales supérieures, moyennes et inférieures, branches, respectivement, de l'artère mésentérique inférieure, de l'artère hypogastrique et de l'artère honteuse interne. Les veines homologues longent les artères et sont en communication en haut avec le système porte, en bas avec le système cave.

Le cancer colorectal

 

 

Le cancer colorectal

 

Un cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l’intérieur du côlon ou du rectum. Il se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique pour former une masse appelée tumeur maligne. Avec le temps, et si aucun traitement n’est effectué, la tumeur se développe. Des cellules cancéreuses peuvent s’en détacher et migrer vers d’autres tissus ou organes où elles forment de nouvelles tumeurs, appelées métastases.


En France, le cancer colorectal représente 15 % de l’ensemble des cancers, avec plus de 37 000 nouveaux cas par an. C’est un des cancers les plus fréquents avec le cancer de la prostate chez l’homme et le cancer du sein chez la femme.


Dans moins d’un cas sur dix, il s’agit de formes familiales liées à une prédisposition génétique, ce qui nécessite une surveillance particulière.

 

Le diagnostic et le choix de vos traitements

 


Le diagnostic de votre cancer repose sur les résultats de l’examen

 

Le diagnostic de votre cancer repose sur les résultats de l’examen anatomopathologique* des biopsies* pratiquées lors d’une coloscopie*.

Le bilan diagnostique comprend aussi :

 

  • une consultation médicale complète
     

  • le plus souvent un scanner* et le dosage de l’ACE*

 

Selon les besoins, d’autres examens peuvent être prescrits : prise de sang, IRM*, échographie, ect. Mais tous les examens ne sont pas systématiquement nécessaires pour tous les patients.

 

 

À quoi sert le bilan diagnostique ?


Le bilan diagnostique permet de déterminer une proposition de traitement adapté au stade de votre maladie et prenant en compte les contre-indications à certains traitements.

 


Comment est fait le choix de vos traitements ?


Des médecins de spécialités différentes se réunissent lors d’une réunion appelée réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) pour élaborer une proposition de traitement. Celle-ci vous est ensuite expliquée par le médecin qui vous prend en charge et doit faire l’objet de votre accord. Un programme personnalisé de soins* (PPS) vous est alors remis. Il peut également vous être proposé de participer à un essai clinique*.

 


Quels sont les professionnels de la santé qui vous prennent en charge ?


Selon votre situation peuvent être impliqués un chirurgien, un gastroentérologue, un oncologue* médical, un oncologue radiothérapeute, un pathologiste*, un radiologue, un anesthésiste, des infirmiers, un stomathérapeute*, un diététicien, un psychologue, un assistant social, etc. Ces professionnels travaillent en collaboration au sein de l’établissement de santé dans lequel vous recevez vos traitements ou en ville, et en lien avec votre médecin traitant.

 

Les traitements du cancer colorectal

 


À quoi servent les traitements proposés ?


Selon les cas, les traitements proposés peuvent avoir pour buts :

 

  • de guérir du cancer en cherchant à détruire la tumeur et les autres cellules cancéreuses éventuellement présentes dans le corps

  • de contenir l’évolution de la maladie et d’en traiter les symptômes pour assurer la meilleure qualité de vie possible.

 


Quels sont les traitements disponibles ?


Le traitement des cancers colorectaux repose principalement sur la chirurgie, qui vise à guérir du cancer en enlevant la partie du côlon ou du rectum où est située la tumeur. Plusieurs techniques opératoires sont possibles : par laparotomie* ou sous coelioscopie*. Une stomie* temporaire ou définitive est parfois nécessaire.


La chirurgie peut être complétée par une chimiothérapie pour réduire le risque de récidive. Une chimiothérapie utilise des médicaments anticancéreux qui agissent dans l’ensemble du corps sur toutes les cellules cancéreuses, y compris celles qui ne sont pas repérables par les examens. Elle peut nécessiter la pose d’un cathéter*.


Pour les cancers du rectum, une radiothérapie peut également être proposée afin de réduire les risques de récidive locale. Une radiothérapie utilise des rayons pour détruire les cellules cancéreuses de la tumeur.


Vous pouvez bénéficier d’un ou de plusieurs traitements combinés. Tous les traitements proposés peuvent avoir des effets indésirables*. Ces derniers vous sont expliqués par le médecin qui vous prend en charge. Ils sont systématiquement évalués et traités si besoin.

 


Les soins de support


Votre prise en charge est globale. En plus des traitements spécifiques du cancer, des soins et soutiens complémentaires peuvent être nécessaires face aux conséquences de la maladie et de ses traitements : douleur, fatigue, troubles alimentaires, besoin de soutien psychologique, problèmes sociaux.


Ces soins, appelés soins de support, sont assurés par l’ensemble de l’équipe soignante ou, si besoin, par des professionnels spécialisés (médecin spécialiste de la douleur, diététicien, psychologue, assistante sociale, etc.).

 

Le suivi du cancer colorectal après les traitements

 


Pourquoi un suivi ?

 

  • pour s’assurer que les traitements reçus n’entraînent pas d’effets indésirables tardifs
     

  • pour poursuivre l’information, l’aide et les soins, notamment en cas de stomie 
     

  •  pour détecter le plus tôt possible des signes d’une éventuelle rechute
     

  • plus généralement pour vous accompagner afin que votre qualité de vie soit la meilleure possible
     

  • pour faciliter la réinsertion, c’est-à-dire le retour à un équilibre psychologique, relationnel et professionnel
     

  • éventuellement, pour aider à retrouver une image de soi parfois altérée par la maladie.

 


 En quoi consiste le suivi ?


Le suivi doit être régulier. Il dépend du stade auquel votre cancer est diagnostiqué et du traitement que vous avez reçu.


Il commence par une consultation tous les 3 mois pendant les 3 premières années, puis tous les 6 mois pendant 2 ans. Le rythme de ce suivi va ensuite décroître.


Il consiste en différents examens de surveillance : coloscopie (un contrôle après 2 ou 3 ans), prise de sang (dosage de l’ACE au besoin), scanner, etc.


En dehors des examens prévus, votre médecin vous indiquera les signes qui doivent vous amener à consulter.


Les différents médecins participant à cette surveillance se tiennent informés des résultats.

______________________________________________________________________

Source des informations :  INCa ; Encyclopédie Larousse ; Futura-Sciences et extraits de :
"
La prise en charge de votre cancer colorectal"  de HAS et INCa
.
______________________________________________________________________

 

En savoir plus

Le cancer colorectal

 

Glossaire

Le cancer colorectal
Le cancer colorectal

 

 

 

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]
 


Stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article

Fred 26/11/2013 19:18

Merci pour votre site si riche en informations !

Hervé Tissier 26/11/2013 20:04

Merci Fred !