banniere2014

Incidence des cancers en France - Stop au cancer
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

cancer-tour eiffel-gd 


 

Résultats pour l’ensemble des localisations de cancers

 

Projection de l’incidence

 

Encadré 1 Utilisation des projections d’incidence

L’objectif principal des projections d’incidence est de disposer d’estimations d’incidence pour l’année en cours afin d'évaluer l’impact attendu en termes de prise en charge de nouveaux cas de cancers (incidence).Les projections pour l’année 2011 sont produites à partir de l’analyse des tendances d’évolution des données d’incidence observées et recueillies par les registres du cancer de 1975 à 2006 (dernière année disponible). Des hypothèses (des scénarios) d’évolution sont émises concernant l’évolution de l’incidence entre 2006 et 2011 et seront à l’origine des projections fournies.

 

En 2011, le nombre de nouveaux diagnostics de cancer en France métropolitaine est estimé à 365 500 pour l’ensemble de la population, respectivement 207 000 hommes et 158 500 femmes. Avec 71 000 nouveaux cas estimés, le cancer de la prostate reste de loin le cancer le plus fréquent chez l’homme, devant le cancer du poumon (27 500 cas) et le cancer colorectal (21 500 cas). Avec 53 000 nouveaux cas estimés en 2011, le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme devant le cancer colorectal (19 000 cas) et le cancer du poumon

(12 000 cas) (cf. Annexes 3, 4 et 5).

 

L’hypothèse retenue pour fournir les projections 2011 pour la plupart des localisations cancéreuses est la prolongation de la tendance récente (scénario A), à savoir : 

 

  • une diminution des taux d’incidence entre 2005 et 2011 pour le cancer de l’estomac chez l’homme et chez la femme, une diminution des taux d’incidence chez l’homme et une augmentation chez la femme pour les cancers de la lèvre-cavité orale-pharynx, de l’oesophage, du larynx, une diminution également des taux d’incidence pour le cancer du col de l’utérus et le cancer de l’ovaire ;
  • une augmentation des taux d’incidence entre 2005 et 2011 pour toutes les autres localisations, avec cependant un ralentissement de la croissance pour les cancers du côlon-rectum et les mélanomes de la peau.

Pour cinq localisations de cancer, les projections ont supposé des taux d’incidence constants entre 2005 et 2011 (scénario B) : prostate, sein, thyroïde (voir paragraphe 2.6« Focus sur les cancers les plus fréquents ou accessibles au dépistage et à la prévention »), corps de l’utérus et lymphome malin non hodgkinien (LMNH).

 

Enfin, pour les cancers du pancréas, de la vessie et la maladie de Hodgkin, un scénario de prolongation des tendances moyennes 1980-2006 (scénario C) a été retenu.

 

La projection « tous cancers » est obtenue en sommant les projections retenues pour les différentes localisations. Pour l’incidence, cette projection prend donc en compte l’hypothèse d’une stabilisation des taux pour le cancer du sein et de la prostate, cancers dont le poids est très important.
 

Les projections 2011 estiment les taux d’incidence (standardisés monde) des cancers à 382,7 pour 100 000 personnes-années chez l’homme et 268,5 pour 100 000 personnes-années chez la femme.

 

L’âge moyen au moment du diagnostic n’est pas disponible pour 2011. Il était de 67 ans chez l’homme et 64 ans chez la femme en 2005.

 

 

Évolution des estimations nationales d’incidence entre 1980 et 2005

 

Encadré 2 Données utilisées pour l’analyse de l’évolut ion de l’ incidence et de la mortalité cancéreuses en France
Les estimations des tendances nationales présentées correspondent pour la période 1980-1985 aux données publiées par Belot A et al, 2008, et pour la période 1990-2005 à celles actualisées par HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm, 2011, ceci afin de présenter les estimations les plus récentes. Les données présentées pour 2011 correspondent aux projections d’incidence. Du fait de la méthode utilisée pour produire les projections, les tendances 2005-2011 ne doivent pas être interprétées comme une réalité observée : elles ne sont que le reflet des hypothèses adoptées pour calculer les projections.

 

 

Entre 1980 et 2005, les taux standardisés à la population mondiale d’incidence (TSM) des cancers ont augmenté chez l’homme comme chez la femme, passant de 278,0 à 392,1 cas pour 100 000 hommes et de 176,6 à 254,1 cas pour 100 000 femmes (cf. Figure 1). Les principales contributions à l’augmentation de l’incidence sont le cancer de la prostate chez l’homme, pour lequel le TSM est passé de 26 pour 100 000 en 1980 à 125,7 pour 100 000 en 2005, et le cancer du sein chez la femme (respectivement TSM de 56,8 et 99,7 pour 100 000).
 

Figure 1 : Évolution de l’ incidence (taux standardisé monde est imé) des cancers de 1980 à 2005 selon le sexe. Projections pour l ’année 2011

 

Inca-evolution-incidence-cancer.jpg

 


Incidence estimée dans les régions en 2005

 

Encadré 3 Avertissement sur les estimations régionales d’ incidence
Les estimations régionales d’incidence doivent être considérées comme des ordres de grandeurs de la situation des cancers dans ces régions et interprétées avec prudence, car elles sont le reflet des variations spatiotemporelles de la mortalité et d’hypothèses telles qu’une survie spécifique similaire dans les différentes régions, une tendance évolutive comparable et une qualité identique des certificats de décès. 

 

Les variations géographiques d’incidence des cancers sont plus importantes chez l’homme que chez la femme. Ainsi en 2005, le taux d’incidence (standardisé monde) variait entre 308,4 et 489,6 pour 100 000 hommes selon les régions contre 228,7 et 304,3 pour 100 000 femmes

(cf. Figure 2).

De manière générale, un gradient Nord-Sud est observé aussi bien chez l’homme que chez la femme, les régions du Nord de la France présentant en 2005 les taux d’incidence les plus élevés.

 

Chez l’homme, les cinq régions ayant les taux d’incidence les plus forts sont le Nord-Pas-de-Calais (489,6 pour 100 000), la Bretagne (437,9/100 000), la Haute-Normandie (431,7/100 000), la Picardie (429,9/100 000) et la Champagne-Ardenne (420,7/100 000). À l’opposé, les régions Rhône-Alpes (338,8/100 000) et Midi-Pyrénées (308,4/100 000) ont les taux les plus faibles.
 

Chez la femme, les régions les plus touchées par le cancer sont également le Nord-Pas-de-Calais (304,3 pour 100 000), la Picardie (264,4/100 000), la Haute-Normandie (277,4/100 000), l’Île-de-France (260,3/100 000) et la Lorraine (259,2/100 000). Comme pour l’homme, les deux régions présentant les taux d’incidence les plus faibles sont les régions Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées (respectivement 230,0/100 000 et 228,7/100 000).

 

Le taux d’incidence des cancers a augmenté dans toutes les régions entre 1980 et 2005 pour les deux sexes. Cette hausse variait chez l’homme entre 26 % (Rhône-Alpes) et 48 % (Poitou-Charentes). Chez la femme, la progression de l’incidence était plus homogène, 18 régions sur 22 présentant une évolution comprise entre 40 et 49 %. L’Auvergne, la région Rhône-Alpes et l’Alsace ont connu des évolutions plus faibles. La Corse enregistrait une évolution de 84 %. Toutefois, cette évolution doit être interprétée avec beaucoup de prudence, car la Corse est la moins peuplée de toutes les régions induisant de fait une instabilité des données.

 

 

Figure 2 : Taux standardisés à la populat ion mondiale (TSM) d’ incidence tous cancers à l’échel le régionale en France métropol itaine et dans les DOM* en 2005

 

Inca-TSM-tous-cancer.jpg

 

 

Extrait du rappot :  La situation du cancer en France en 2012 , publié par l'Inca.

 

 


 

 

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]

 


stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article