banniere2014

Cancer : le myélome multiple - Stop au cancer
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

Cancer : le myélome multiple

 

Le rôle de la moelle osseuse :

 

La moelle osseuse, située à intérieur des os, est constituée par la moelle rouge qui est un tissu présentant une fonction hématopoïétique, rôle de fabrication des éléments figurés du sang (plaquettes, globules rouges, globules blancs) et qui a également une mission immunologique (fabrication des anticorps entre autres). La moelle osseuse est présente chez l’adulte à l’intérieur des os spongieux, la moelle jaune remplit le canal médullaire de la diaphyse (portion centrale) des os longs de l’adulte. Elle représente la transformation (dégénérescence graisseuse de la moelle rouge).

 

 

 

La moelle osseuse, appelée également moelle hématopoïétique, est le tissu présent au coeur même des os.

 

Ce tissu possède la capacité de produire tous les éléments figurés du sang c'est-à-dire les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes.

La moelle osseuse, qu'il ne faut pas confondre avec la moelle épinière (tissu nerveux) se rencontre dans la totalité du squelette osseux au moment de la naissance.

La moelle osseuse contient un grand nombre de cellules graisseuses, il s'agit de l'ensemble des lignées qui vont donner naissance aux cellules du sang qui va passer dans la circulation sanguine.

Le terme ligné désigne en l'occurence la descendance à partir d'une cellule unique (cellule totipotente) au départ.

Cette fonction essentielle de production des globules rouges, globules blancs et plaquettes, se concentrent à l' intérieur des os du rachis (colonne vertébrale) mais aussi dans les os de l'épaule, ceux du bassin et du thorax.

 

 

Le myélome multiple

 

Le myélome multiple, également appelé maladie de Kahler, est un cancer qui se développe dans la moelle osseuse*, à partir de cellules appelées plasmocytes*. En temps normal, les plasmocytes produisent des anticorps* qui protègent l’organisme contre les infections et les maladies. En cas de myélome, les plasmocytes devenus anormaux se multiplient de façon anarchique, empêchant la formation normale des cellules sanguines, détruisant les os et produisant durablement et en quantité excessive un type unique d’anticorps, appelé immunoglobuline monoclonale. Celle-ci peut être décelée dans le sang ou les urines. On parle de myélome multiple car la moelle de différents os peut être touchée.

 

Lignées sanguines-cellules souches

Le myélome multiple fait partie de la catégorie des cancers hématologiques . Il est caractérisé par une prolifération dans la moelle osseuse d’une lignée monoclonale unique de globules blancs, les plasmocytes.

 

 

 

Environ 5 000 nouveaux cas de myélome multiple sont diagnostiqués chaque année en France, soit moins de 2 % de l’ensemble des cancers. Cette maladie touche un peu plus souvent les hommes (54 %). Elle s’observe en moyenne autour de 70 ans mais peut aussi toucher des personnes plus jeunes (3 % des cas avant 40 ans).

 

À l’heure actuelle, les facteurs favorisant la survenue de cette maladie restent mal connus.

 

L’utilisation de nouveaux médicaments a permis de réaliser des progrès dans la prise en charge du myélome.

 

 

Le diagnostic et le choix de vos traitements

 

Comment est fait le diagnostic ? 

 

Le diagnostic du myélome multiple est établi :

 

  • par l’électrophorèse des protéines* du sang, complétée si besoin d’une électrophorèse des protéines des urines

 

  • par un myélogramme* nécessitant une ponction médullaire*

 

Une radiographie du squelette est réalisée pour localiser les lésions osseuses. Des examens d’imagerie* complémentaires peuvent être prescrits dans certains cas.

 

L’ensemble de ces examens permet de proposer un traitement adapté à votre situation, selon l’étendue de la maladie (son stade), votre état général et les éventuelles contre-indications aux traitements.
 

 

Comment est fait le choix de vos traitements ?

 

Le choix ne repose pas sur l’avis d’un seul médecin. Plusieurs médecins spécialistes se réunissent lors d’une réunion appelée réunion de concertation pluridisciplinaire* (RCP). Compte tenu de votre situation et en s’appuyant sur des référentiels de bonne pratique*, ils élaborent une proposition de prise en charge.


Celle-ci vous est ensuite expliquée, au cours d’une consultation du dispositif d’annonce*, par le médecin qui vous prend en charge pour votre myélome. Elle doit tenir compte de votre avis et faire l’objet de votre accord.

 

Un programme personnalisé de soins* (PPS) vous est alors remis ainsi qu’à votre médecin traitant.

 

Il peut aussi vous être proposé de participer à un essai clinique*.

 

 

Quels sont les professionnels de santé qui vous prennent en charge ?

 

Vous êtes pris en charge dans un établissement autorisé à traiter les cancers (liste des établissements de votre région sur www.e-cancer.fr).


Une équipe spécialisée rassemble toutes les compétences nécessaires. Elle travaille en lien régulier avec votre médecin traitant (un médecin généraliste le plus souvent). Selon votre situation, plusieurs professionnels peuvent être impliqués : hématologue*, rhumatologue*, néphrologue*, chirurgien orthopédiste*, interniste*, oncologue*, pathologiste*, infirmier, psychologue, assistante sociale, etc.

 

 

 

Les traitements d'un myélome multiple

 


À quoi servent les traitements proposés ?

 

Selon les cas, les traitements proposés peuvent avoir pour buts :

  • de faire disparaître les manifestations de la maladie
     
  • de contenir l’évolution de la maladie
     
  • de traiter les complications de la maladie pour assurer la meilleure qualité de vie possible.


 

 

Quels sont les traitements disponibles ?

 

La prise en charge du myélome multiple repose principalement sur la chimiothérapie qui utilise une association de médicaments anticancéreux. Selon les cas, ceux-ci sont administrés par voie orale, sous-cutanée ou intraveineuse. Dans ce dernier cas, il peut être nécessaire de poser une chambre implantable*.

 

Dans certains cas, une autogreffe peut être nécessaire. Elle est réalisée par transfusion de cellules souches hématopoïétiques* qui proviennent du malade lui-même.

 

Quand le patient ne présente pas de symptôme (myélome multiple asymptomatique), une simple surveillance peut être proposée ; on parle d’abstention thérapeutique.


Les traitements actuels ne permettent pas, dans la grande majorité des cas, d’obtenir une guérison. Après un temps variable selon les personnes, le myélome multiple tend à reprendre son évolution. Un nouveau traitement, le plus souvent différent du premier, doit alors être mis en oeuvre.

 

Les effets indésirables* diffèrent en fonction des traitements. Ils vous sont expliqués par le médecin qui vous suit et qui s’assure de leur prise en charge.

 

Le myélome multiple peut s’accompagner de complications qui sont recherchées et traitées. Il peut s’agir en particulier : de douleurs osseuses, de fractures, d’une compression médullaire*, d’une hypercalcémie*, d’une anémie*, d’une neutropénie*, d’une thrombopénie*, de thromboses veineuses*, d’une insuffisance rénale ou d’infections.

 

 

Les soins de support

 

Des soins et soutiens complémentaires peuvent être mis en oeuvre pour faire face aux éventuelles conséquences de la maladie et de ses traitements : fatigue, douleur, besoin de soutien psychologique, problèmes sociaux, etc.

 

Ces soins, appelés soins de support, sont assurés par différents professionnels (médecin spécialiste de la douleur, stomatologue*, kinésithérapeute, psychologue, assistante sociale, etc.). Ils exercent, selon les cas, au sein d’un établissement de santé, en hospitalisation à domicile, en consultation de ville, dans le cadre d’un réseau de santé, d’une association de patients, etc.

 



Le suivi pendant la maladie et après les traitements

 

 

Pourquoi un suivi ?

Un suivi vous est proposé pour :

  • détecter et traiter d’éventuels effets indésirables tardifs des traitements
     
  • détecter et traiter d’éventuelles complications de la maladie
     
  • détecter le plus tôt possible les signes d’une évolution de la maladie
     
  • vous accompagner si nécessaire sur le plan psychologique, social ou
    professionnel.


 

 

En quoi consiste le suivi ?

 

Le suivi doit être régulier et prolongé durant toute la vie.

 

En règle générale, il repose sur une consultation médicale et un bilan sanguin et/ou urinaire tous les 3 à 6 mois. Si besoin, des examens d’imagerie peuvent être prescrits.

 

Ce calendrier est adapté pour votre cas par l’équipe spécialisée ayant réalisé le traitement, en lien avec votre médecin traitant.

 

En cas de réapparition de symptômes de la maladie ou d’apparition de tout nouveau symptôme, consultez votre médecin sans attendre.

 

 

Précaution à prendre dans votre vie quotidienne

 

Des précautions sont à prendre dès le début de votre prise en charge et tout au long de votre maladie. Elles vous sont expliquées par votre médecin.

 

Il faut, en particulier :

 

  • veiller à boire suffisamment pour éviter de vous déshydrater
     
  • signaler votre maladie systématiquement avant tout examen d‘imagerie nécessitant l’injection de produits de contraste iodés
     
  • éviter de consulter un ostéopathe ou un chiropracteur sans avis médical
     
  • éviter les sports à risque et le port de charges lourdes
     
  • prévenir les thromboses veineuses notamment en cas de déplacement en avion (demander conseil à votre médecin traitant)
     
  • assurer une bonne hygiène dentaire et réaliser un examen bucco-dentaire au moins une fois par an en cas de traitement par bisphosphonates w adapter votre régime alimentaire en cas de traitement par cortisone (limiter les apports en sel et sucre)
     
  • éviter les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), par exemple l’ibuprofène,pour traiter la douleur
     
  • en cas de fièvre, de fatigue inhabituelle ou si vous urinez plus fréquemment ou plus abondamment que d'habitude, consulter immédiatement votre médecin.


 

______________________________________________________________________

Source des informations :  INCa ; vulgaris-medical ; Palli-Science et extraits de : "La prise en charge du myélome multiple " de HAS et INCa. ______________________________________________________________________

 

En savoir plus

Cancer : le myélome multiple

 

Glossaire

Cancer : le myélome multiple
Cancer : le myélome multiple

 

 

 

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]
 


Stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article