banniere2014

Cancer : recherche et condition de vie des malades - Stop au cancer
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

Cancer : recherche et condition de vie des malades

 

Selon une étude réalisée par les laboratoires Lilly et, en partenariat avec GFK, 59 % des Français interrogés se disent satisfaits des progrès et des avancés réalisés depuis ces 20 dernières années, dans la lutte contre le cancer. Ils sont 48 % à estimer que le cancer ne veut plus dire que l’issue sera forcément un décès. Devant les Britanniques à 44 % et les Japonais à 36 %. A noter également, qu’un peu plus d’un tiers des Français (34 %) pensent que la mortalité par cancer à diminuer. Ils sont 89 % à déclarer être d’accord pour que chercheurs et médecins puissent exploiter leurs informations médicales au bénéfice de la recherche. Par contre Ils sont 60 % à trouver que les délais pour bénéficier des innovations moléculaires sont bien trop long. 63 % des Français interrogés pensent que la crise économique pourrait avoir comme conséquence l’arrêt des progrès et avancées.

Il aurait été intéressant de mon point de vue, de les interroger également sur  d’autres aspects comme par exemple la vie pendant et après le cancer ou bien les inégalités sociales, la précarisation, l’appauvrissement, le manque d’information et accès aux aides financière, matérielle, humaine… la place du « cancéreux » dans la société.  Je suis sûr que sur cet aspect-là, le bilan n’aurait pas été tout à fait pareil…

A quoi cela aurait servi ?
A montrer que nous ne sommes pas tous égaux en matière de santé et les aberrations que vivent des personnes malades. Nous investissons pour la recherche, et oui il y a des progrès et des avancées. Oui le taux de mortalité a diminué. Mais il a diminué de façon inégale par cancer et pour certains comme le cancer du poumon par exemple le taux de mortalité est plutôt en stagnation depuis 10 ans. Mais la complexité, les différentes causes sont telles et les différents cancers sont si nombreux qu’il ne peut en être autrement.

Par contre, alors que la science progresse la qualité de vie de certaines personnes qui tombent malades diminue considérablement et sur bien des aspects, durant le parcours médical (demander à certains patients leur expérience avec les salles de chimio débordantes et des malades sans place …) mais également sur des aspects économique, financier et social allant pour certains jusqu’à les priver de revenus malgré une vie professionnelle sans accroc. Tandis que les rentrées d'argent baissent les dépenses augmentent et imputables directement à la maladie et non remboursées. La ligue contre le cancer, estime d'ailleurs que le budget santé d'une personne atteinte d'un cancer est nettement plus élevé que le reste de la population. la ligue a constaté qu'avec la crise économique, les difficultés financières de ces personnes se sont même aggravées.   Sans parler du parcours du « combattant » pour la moindre démarche. Ces déplacements deviennent vite une vraie galère tant par la lourdeur administrative avec tout son lot de bêtises, que par l’état physique et psychologique du malade.


Point important, à en croire les spécialistes, les prochaines décennies verront une augmentation du nombre de cancers. Quand on sait que la précarité favorise le cancer et que le cancer favorise l’appauvrissement, si nous ne faisons rien pour mettre fin à l’effet cisaille du couple cancer, précarité, combiné avec une augmentation du nombre de malades les effets sociétaux pourraient bien être dévastateurs.

 

______________________________________________________________________

 

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]
 


Stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article

bernadette poujois 29/05/2013 13:36

Bonjour,

J'ai lu avec attention cet article et je suis tout à fait d'accord .. C'est vrai qu'Il aurait été intéressant de les interroger aussi sur d’autres aspects !! '(Je reprends les termes de l'article )
Comme la vie pendant après un cancer
Les inégalités sociales
La précarisation
L’appauvrissement
Le monde en attente dans les salles de chimio ...etc

Mais je rajouterais aussi "LA SOLITUDE" , oui la solitude durant et après la maladie car personne n'en parle mais même entouré des nôtres, la maladie nous enferme dans un monde de solitude ... De dépression ... D'incompréhension etc ...Il y aurait tant à dire !!

Je sais qu'on ne refera pas le monde mais au moins INFORMER le public sur tout ces désagréments qui sont très DIFFICILE à vivre même des années après la maladie ..

Merci ..

Bernadette

Hervé TISSIER 31/05/2013 11:38

Merci beaucoup Bernadette pour ce dernier commentaire qui m'a énormément touché. J’essaye d'être en effet le plus proche possible de la réalité et, il est vrai que le fait d'avoir pas mal d'échange dont un certains nombre à travers les réseaux sociaux qui nous laissent un très bel espace d'échanges, de convivialités, de partages me permet de coller au plus près de la triste réalité vécue par bien trop de personnes.

Bien amicalement (et oui vous pouvez vous permettre...)
Hervé.

Bernadette poujois 29/05/2013 22:53

Désolé j'ai fais une fausse manip ..

Oui je disais que que je mens sentais proche au travers de vos articles et ça me fait le plus grand bien car je sens qu'avec vous, je suis comprise , ce qui n'est pas le cas dans ma famille.. Donc je souhaitai tout simplement vous remercier pour TOUT ce que vous faites ...

Bonne soirée à vous,

Amicalement (si je peux me permettre)

Bernadette

Bernadette poujois 29/05/2013 22:51

Bonsoir cher Hervé,

Tout d'abord merci d'avoir répondu à mon message ... oui je comprends que cette "SOLITUDE" mérite bien plus qu'une conclusion !! En ce qui me concerne je la vie depuis 8 longues années !!

Quand je lis vos articles, j'ai l'impression de lire mon état de santé, ma vie !! pourtant vous ne me connaissez pas .. mais je me sens proche de vous Hervé ca,

Hervé TISSIER 29/05/2013 17:06

Merci Bernadette, je suis tout à fait d'accord avec vous. Et, pour tout vous avouez dans une 1ère version de cet article, je le concluait sur la solitude et la désertification des proches notamment. Mais je n'étais pas satisfait car cela mérite plus qu'une conclusion. J'ai donc décidé de ne rien mettre là dessus et de le développer dans un article entièrement consacré.