banniere2014

Le cancer du pancréas - Stop au cancer
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

Le cancer du pancréas

 

Le rôle du pancréas :

 

Le pancréas, fixé à la partie postérieure de l'abdomen et en arrière de l'estomac, est une glande mixte car elle possède une double action :

 

1. Un pancréas exocrine qui contribue à la digestion en produisant du suc  pancréatique :

  • Sécrétion électrolytique : 

- Bicarbonate.
 

  • Sécrétion enzymatique :

- Amylase : enzyme permettant le métabolisme de l'amidon et des dextrines en sucres réducteurs assimilables.

- Lipase : enzyme permettant le métabolisme des triglycérides.

 

2.  Un pancréas endocrine qui joue un rôle important dans la régulation de la glycémie :

  • Insuline : hormone hypoglycémiante.

  • Glucagon : hormone hyperglycémiante.

 

La fonction endocrine est constituée d'îlots cellulaires, les îlots de Langerhans. Il existe 3 types d'îlots :

  • Les cellules α qui secrètent le glucagon.

  • Les cellules β qui secrètent l'insuline.

  • Les cellules D qui sécrètent la somatostatine.

  • Les cellules F qui sécrètent du polypeptide pancréatique humain.

 

Les hormones pancréatiques

 

L'insuline

L'insuline est sécrétée par les cellules β, elle a un rôle essentiel dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protides.

Le rôle majeur de l'insuline est le métabolisme des glucides. L'insuline abaisse le taux du sucre sanguin (glycémie), elle est hypoglycémiante par différents mécanismes :

  • Elle favorise la pénétration du glucose à l'intérieur des cellules.

  • Elle favorise le stockage du glucose sous forme de glycogène.

  • Elle inhibe tous les processus de dégradation du glycogène en glucose.

  • Elle inhibe la fabrication de glucose à partie des lipides ou des protides (néoglycogenèse).

 

La sécrétion d'insuline est déclenchée par différents facteurs :

  • L'élévation de la glycémie.

  • L'action de certaines hormones.

  • Les facteurs nerveux.

 

Le glucagon

Le glucagon est secrété par les cellules α, ses propriétés sont antagonistes de l'insuline, il est hyperglycémiant:

  • Il favorise la glycogénolyse : libère le glucose à partir du glycogène.

  • Il favorise la fabrication de glucides à partir d'acides aminés.


La sécrétion de glucagon est contrôlée par : 

  • Le taux plasmatique du glucose.

  • L'action de certaines hormones.

  • Le système nerveux.

 

La somatostatine

La somatostatine est une hormone qui inhibe de nombreuses fonctions de la digestion (suc gastrique).

 

 

 

Le cancer du pancréas

 

Le cancer du pancréas

 

Le pancréas est une glande située profondément dans l’abdomen derrière l’estomac. Il joue un rôle dans la digestion (production du suc pancréatique) et dans la production d’hormones, comme l’insuline.

Un cancer du pancréas, ou adénocarcinome canalaire, est une maladie des cellules constituant les canaux qui transportent le suc pancréatique. Il se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique pour former une masse, appelée tumeur maligne. Des cellules cancéreuses peuvent s’en détacher et migrer vers d’autres tissus ou organes où elles forment de nouvelles tumeurs appelées métastases.

Plusieurs facteurs de nature à augmenter le risque de ce cancer sont évoqués sans être établis à ce jour : le tabagisme, une consommation élevée d’alcool, la présence d’une obésité, d’un diabète ou encore d’une pancréatite chronique*. Beaucoup surviennent sans explication connue.

On estime à plus de 10 000 le nombre de nouveaux cas en France en 2010. Ce cancer est un peu plus fréquent chez l’homme que chez la femme. Il survient le plus souvent entre 70 et 80 ans.

 

 

 

Le cancer du pancréas

 

Le diagnostic et le choix de vos traitements

 


Comment est fait le diagnostic ?
 

Le bilan s’appuie principalement sur un examen clinique*, une échographie abdominale* et un scanner thoraco-abdomino-pelvien*. Il est complété dans certains cas par une échoendoscopie* ou une IRM* du foie. Il n’existe pas de marqueur tumoral* (dosage sanguin) permettant de contribuer au diagnostic.


La confirmation du diagnostic repose sur l’examen anatomopathologique* de tissus prélevés par biopsie ou de la tumeur enlevée au cours d’une chirurgie. Selon les besoins, d’autres examens peuvent être prescrits.

 


À quoi servent ces examens ?
 

Ces examens permettent de vous proposer un traitement adapté à votre situation, selon l’extension de la maladie cancéreuse (son stade), la possibilité ou non d’enlever la tumeur par une intervention chirurgicale, votre état de santé général et les éventuelles contre-indications aux traitements.

 


Comment est fait le choix de vos traitements ?


Des médecins de spécialités différentes se réunissent lors d’une réunion appelée réunion de concertation pluridisciplinaire* (RCP). Compte tenu de votre situation et en s’appuyant sur des référentiels de bonne pratique*, ils élaborent une proposition de traitement. Celle-ci vous est ensuite expliquée, au cours d’une consultation du dispositif d’annonce*, par le médecin qui vous prend en charge pour le cancer. Elle tient compte de votre avis et doit faire l’objet de votre accord. Un programme personnalisé de soins* (PPS) vous est alors remis et est envoyé à votre médecin traitant. Il peut également vous être proposé de participer à un essai clinique*.

 


Quels sont les professionnels de la santé qui vous prennent en charge ?
 

Vous êtes pris en charge par une équipe spécialisée dans un établissement autorisé à traiter les cancers digestifs (liste des établissements de votre région disponible auprès de Cancer info, voir rubrique "En savoir plus" ). Cette équipe rassemble toutes les compétences nécessaires. Elle travaille en lien régulier avec votre médecin traitant (un médecin généraliste le plus souvent). Selon votre situation, différents professionnels peuvent être impliqués : hépato-gastro-entérologue*, chirurgien, oncologue* médical et radiothérapeute, pathologiste*, médecin spécialiste de la douleur, radiologue, anesthésiste, infirmiers, diététicien, psychologue, assistante sociale, etc.

 

 

 

Les traitements du cancer du pancréas

 


À quoi servent les traitements proposés ?


Selon les cas, les traitements proposés ont pour buts :

 

  • de guérir du cancer en cherchant à détruire la tumeur et les autres cellules cancéreuses éventuellement présentes dans le corps

  • de contenir l’évolution de la maladie si elle ne peut pas être éliminée

  • de traiter les symptômes afin de vous assurer la meilleure qualité de vie possible.

 

 

Quels sont les traitements disponibles ?

 

Dans 10 à 20 % des cas, il est possible d’enlever la tumeur par une intervention chirurgicale avec pour objectif de guérir de la maladie. Il s’agit d’une opération complexe, le plus souvent complétée d’une chimiothérapie 4 à 8 semaines plus tard.


La chimiothérapie utilise des médicaments anticancéreux qui agissent dans l’ensemble du corps sur toutes les cellules cancéreuses, y compris celles qui ne sont pas repérables par les examens. Elle peut nécessiter la pose d’une chambre implantable*.


Si la tumeur n’est pas opérable, une chimiothérapie, associée dans certains cas à une radiothérapie*, peut contribuer à ralentir le développement de la maladie, à soulager les symptômes (diminuer les douleurs notamment) et à améliorer la qualité de vie.


La tumeur peut créer un obstacle à l’écoulement de la bile* vers l’intestin provoquant démangeaisons et jaunisse. Dans ce cas, il est nécessaire de drainer la bile en posant une endoprothèse* ou en réalisant une dérivation par opération chirurgicale.


Tous les traitements proposés peuvent avoir des effets indésirables*, comme, par exemple, des troubles digestifs. Ils surviennent à plus ou moins brève échéance après les traitements et vous sont expliqués par le médecin qui vous suit et qui s’assure de leur prise en charge.

 

 

Les soins de support


Pour faire face aux conséquences de la maladie et de ses traitements : douleur, troubles alimentaires, fatigue, besoin de soutien psychologique, problèmes sociaux, etc., des soins et soutiens complémentaires peuvent être nécessaires.


Ces soins, appelés soins de support, sont assurés par différents professionnels (médecin spécialiste de la douleur, diététicien, psychologue, assistante sociale, etc.) qui exercent, selon les cas, au sein d’un établissement de santé, en hospitalisation à domicile, en consultation de ville, dans le cadre d’un réseau de santé, d’une association de patients, etc.

 

Le suivi du cancer du pancréas après les traitements

 

Pourquoi un suivi ?


Un suivi vous est proposé pour :

 

  • vous accompagner dans l’évolution de votre maladie

  • détecter et traiter d’éventuels effets indésirables des traitements

  • s’assurer que votre qualité de vie soit la meilleure possible.

 

En quoi consiste le suivi ?


Le suivi dépend du stade auquel a été diagnostiqué votre cancer et du traitement que vous avez reçu. Le calendrier et la durée sont déterminés avec votre médecin en collaboration avec l’équipe spécialisée ayant réalisé le traitement.


Il repose sur des consultations médicales et éventuellement sur des examens complémentaires. Un suivi nutritionnel est mis en place au plus tôt.


Votre médecin vous indique également les signes qui doivent vous amener à consulter en urgence : démangeaisons et jaunisse notamment.
Les différents médecins participant à la surveillance se tiennent mutuellement
informés.
Dans certains cas, il peut vous être proposé de recourir à des équipes spécialisées
en soins palliatifs*.

 

 

 

______________________________________________________________________

Source des informations :  INCa ; soins infirmiers ;  et extraits de : " La prise en charge
du cancer du pancréas
  " de HAS et INCa
.
______________________________________________________________________

 

En savoir plus

Le cancer du pancréas

 

Glossaire

Le cancer du pancréas
Le cancer du pancréas

 

 

 

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]
 


Stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article

BROSSEL Rémy 21/04/2015 09:17

Oncologue médical et physicien je viens de créer un blog dont le nom suffit à dire l'usage : actu cancer pancréas.
Je voudrais en faire un lieu d'échange et de conseil pour les patients.
Mais aussi un blog où sont expliquées et commentées les (réelles) nouveautés. Avec un oeil sur un futur qui m'est particulièrement cher : l'avenir des méthodes thérapeutiques basées sur les signaux mécaniques et non pas biochimiques du cancer.
Rejoignez nous.