banniere2014

Le paradoxe du cancer : mieux soigné, moins de décès mais plus de malades. - Stop au cancer
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

Le paradoxe du cancer : mieux soigné, moins de décès mais plus de malades.

 

Une étude sur le cancer, menée sur la période de 1980 à 2012 et publiée récemment mets en opposition le taux de mortalité et le nombre de cas de cancer en France.

 

Tandis que le taux de mortalité par cancer diminue en France (de façon inégale en fonction des différents cancers), le nombre de nouveaux cas de cancer, est en forte augmentation avec 355 000 personnes atteintes en 2012 dont

 

  • 200 000 chez l’homme. En 2012, le cancer de la prostate reste largement le plus fréquent chez l’homme avec 56 800 nouveaux cas. Le cancer du poumon est le deuxième cancer 28 200 cas recensés, suivi par le cancer colorectal avec 23 200 cas.

 

  • 155 000 chez la femme. Le cancer du sein continue d'occuper très largement la première place avec 48 200 cas estimés pour l’année 2012. Pour la femme, le deuxième cancer le plus rependu est le cancer colorectal avec 18 600 cas. Le troisième est le cancer du poumon, en très forte augmentation avec  11 300 cas.

 

Un point inquiétant, chez la femme, l’augmentation du nombre de cas de cancer du poumon associé à l’augmentation du nombre de décès soit + 5% par an depuis 1980.

 

Comme le souligne l'INCa dans son communiqué de presse :

"Le nombre de nouveaux cas de cancers a considérablement augmenté entre 1980 et 2012 chez l'homme comme chez la femme (respectivement +107,6 % et +111,4 %). Cette augmentation s'explique en grande partie par l'accroissement de la population, qui mécaniquement augmente le nombre de cas, et par son vieillissement, la majorité des cas survenant chez les sujets âgés. Ainsi, chez l'homme, l'augmentation s'explique à hauteur de 30,8 % par l'accroissement de la population et à hauteur de 33,7 % par son vieillissement. Chez la femme, les chiffres sont respectivement de 33,8 % et 22,5 %. Le reste de la hausse du nombre de cas, soit 43,1 % chez l'homme et 55,1 % chez la femme, s'explique par l'augmentation de la probabilité d'être diagnostiqué avec un cancer, notamment en raison de l'évolution de l'exposition aux facteurs de risque et des modifications intervenues dans les méthodes diagnostiques.

Concernant la mortalité, entre 1980 et 2012, le nombre de décès par cancer a augmenté de 11 % chez l'homme et de 20,3 % chez la femme. Cette hausse est attribuable à l'évolution démographique (augmentation et vieillissement de la population) alors que le risque de décéder a diminué notablement, la diminution étant plus marquée chez l'homme.

 

Toutefois cette tendance s'inverse depuis 2005, avec une diminution du taux d'incidence chez l'homme (en moyenne -1,3 % par an) et un ralentissement de l'augmentation de ce taux chez la femme (en moyenne +0,2 % par an). On note ainsi, d'une part, une tendance à la baisse de l'incidence des cancers du sein et de la prostate depuis 2005 et, d'autre part, une stabilité de l'incidence de certains cancers (côlon-rectum et poumon chez les hommes)."

 

Le nombre de décès est de l’ordre de 148 000 pour la seule année 2012 et reste la principale cause de mortalité en France.

 

 

  • 85 000 chez l’homme, dont 21 300 imputables au cancer du poumon, suivi du cancer colorectal avec 9 200 décès. Arrive à la troisième place le cancer de la prostate avec 8 900 décès

 

  • 63 000 chez la femme, le cancer du sein reste premier avec 11 900 décès. Désormais le deuxième cancer le plus mortel pour la femme est celui du poumon avec 8 600 décès sur 2012. Et enfin le cancer colorectal est à la troisième position avec 8 400 décès.

 

"Pour comparer les données de mortalité ou d'incidence d'une période à une autre ou d'un pays à l'autre, on ne peut pas se contenter d'observer le nombre de décès ou de nouveaux cas. Il faut en effet s'affranchir des effets liés à l'augmentation de la population et à son vieillissement. On y parvient en calculant le « taux standardisé » qui neutralise ces deux facteurs."

 

Si l’on regarde plus en détail on constate que la mortalité à diminuée de façon significative pour les hommes comme pour les femmes. Mais plus rapidement pour la gente masculine ce qui s'explique notamment par la diminution de consommation d’alcool et de tabac alors que l'on constate depuis quelques temps une augmentation de consommation de tabac et d'alcool chez les femmes.

 

 

 

L'étude porte sur la période 1980-2012 et comporte deux parties :

  • la 1ère partie concerne les tumeurs solides
  • la 2ème les hémopathies malignes (cette seconde partie sera publiée en septembre 2013)

 

Pour consulter les résultats de l'étude :

Consulter la synthèse Lire le rapport intégral

 

______________________________________________________________________

Etude réalisée par le Réseau Francim (France-cancer-incidence et mortalité), le Service de biostatistique des Hospices civils de Lyon (HCL), l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Institut national du cancer (INCa),
______________________________________________________________________

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]
 


Stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article