banniere2014

Les leucémies aigües de l'adulte - Stop au cancer
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est dédié à mon Frère,
à ma Soeur, à mon Père,
à mon Oncle et à toutes
les victimes du cancer.

________________________________

Soutenez notre page
facebook

 

 

________________________________

 

 

Les cancers

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Les cancers en France
rapport 2014

________________________________

Plan cancer 3

logo-pk3

________________________________

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

couv-vie2ans-apres-cancer

________________________________

Mon enfant a un cancer :
comprendre et être aidé

ob_975bfb_les-cancers

________________________________

Observatoire Sociétal des Cancers Rapport 2013

obs-societal-cancer2013

________________________________

Usagers, votre santé
vos droits

couv-guide-usagers2014

________________________________

Ipagination
"L'écriture solidaire"

ob_975bfb_affiche-ipagination-stopaucancer
Des auteurs pour dire stop au cancer

________________________________

La Revue de Presse

ob_043072_revue-de-presse

________________________________

Diaporamas

ob_941384_diaporama

________________________________

Youandme Cancer,
la vidéo

youandme-cancer_logo.jpg

________________________________

Les partenaires

Banniere-groupe-Cancer-et-Partages.jpg


logo-ipagination2.jpg


Santé et maladie

Cancer sur PasseportSante


Carenity.jpg

 

logo-cancer-jeune-parent.jpg


________________________________


 

logo-double-peine

 
 
 
 
 
 

Publié par Hervé TISSIER

Les leucémies aigües de l'adulte

 

Le rôle des cellules souches hématopoïétiques

 

 

Toutes les cellules du sang et du système immunitaire ont une origine commune : les cellules souches hématopoïétiques (CSH). Logées dans la moelle osseuse, ces cellules primitives garantissent le renouvellement permanent de notre sang. La découverte de leurs propriétés singulières, il y a près de 40 ans, en a fait des agents de choc dans le traitement de divers cancers et maladies hématologiques...

 

La découverte des cellules souches remonte à la période qui a directement suivi la deuxième guerre mondiale. Les scientifiques qui se penchaient alors sur les effets des radiations ont pu observer qu’une greffe de moelle provenant d’un animal sain permettait de sauver un autre animal irradié à dose létale. Ce n’est qu’au cours des années 60 que les chercheurs ont véritablement pu identifier les actrices de ce phénomène : des cellules rares et très particulières, les CSH, qui ont la capacité de produire tous les types, ou lignées, de cellules sanguines.

 

 

Des propriétés singulière
 

Les CSH sont présentes en très petit nombre dans la moelle osseuse. Pourtant elles produisent des milliards de cellules sanguines chaque jour, et ce, durant toute la vie d’un individu. Les CSH sont douées de deux propriétés principales qui leur permettent d’assurer un tel exploit. La première est la capacité à s’ "auto-renouveler", c’est-à-dire à se reproduire à l’identique par division cellulaire. La deuxième propriété est leur capacité à se différencier en de multiples lignées de cellules sanguines : au cours de divisions cellulaires successives, les CSH se "spécialisent" et acquièrent progressivement les propriétés de globules rouges, de globules blancs ou de plaquettes. En raison de cette propriété à donner naissance à plusieurs types cellulaires différents, les CSH sont dites "multipotentielles". En combinant auto-renouvellement et différenciation, les CSH peuvent se maintenir en nombre constant tout en assurant en permanence la régénération du sang (voir schéma ci-dessous).

Les leucémies aigües de l'adulte

 

 

La leucémie aiguë

 


Une leucémie aiguë est un cancer qui se développe à partir des cellules souches hématopoïétiques*, précurseurs des cellules du sang (globules rouges qui transportent l’oxygène, globules blancs* qui assurent la défense de l’organisme contre les infections, plaquettes qui stoppent les saignements).


En temps normal, ces cellules se développent et se spécialisent essentiellement dans la moelle osseuse* avant d’être libérées dans le sang. En cas de leucémie aiguë, elles restent immatures et se multiplient de façon anarchique. Ces cellules cancéreuses, appelées blastes*, ne remplissent plus leur fonction habituelle. Elles envahissent la moelle osseuse, l’empêchant de fabriquer les cellules du sang normales. Elles ont tendance à passer dans le sang.


Dans la très grande majorité des cas, ce sont les précurseurs des globules blancs qui sont touchés. Selon le type de cellules souches impliquées, on distingue :

 

  • les leucémies aiguës myéloïdes (LAM), suite à une atteinte des cellules souches précurseurs des polynucléaires et des monocytes (deux types de globules blancs)
     

  • les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL), suite à une atteinte des cellules souches précurseurs des lymphocytes (un troisième type de globules blancs).


De cause le plus souvent inconnue, une leucémie aiguë peut être favorisée dans certains cas par une exposition à des rayonnements ionisants, à des produits chimiques dans un contexte professionnel, par des antécédents de chimiothérapie, par certaines anomalies génétiques ou encore par des antécédents de maladie du sang.


Avec plus de 3 700 nouveaux cas estimés en France en 2011, la leucémie aiguë représente 1 % de l’ensemble des cancers. La LAL touche plus souvent les enfants et la LAM plus souvent les adultes. Seule la prise en charge des leucémies aiguës de l’adulte est décrite ci-après.

 

 

 

Le diagnostic et le choix de votre traitement

 


Comment est fait le diagnostic ?


Il n’existe pas de symptômes spécifiques. C’est l’hémogramme* obtenu par prise de sang qui permet d’évoquer le diagnostic.


Celui-ci est confirmé par les résultats d’un myélogramme* effectué dès l’admission en milieu hospitalier. Cet examen permet d’identifier le type de leucémie aiguë (myéloïde ou lymphoblastique).


D’autres examens du sang et de la moelle osseuse (immunophénotypage*, biologie moléculaire, caryotype*…) permettent notamment de caractériser précisément la leucémie et d’orienter le choix des traitements. Ce choix dépend aussi de votre âge, de votre état général et d’éventuelles contre-indications aux traitements.

 


Comment est fait le choix de votre traitement ?


Un traitement est souvent mis en route dès l’admission en milieu hospitalier spécialisé. Dans un second temps, une équipe se réunit lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire* (RCP). Elle propose la suite du traitement en tenant compte de l’ensemble des résultats des examens. Cette proposition est élaborée si possible en lien avec votre médecin traitant, elle tient compte de votre situation et s’appuie sur des référentiels de bonne pratique*. Il est souvent proposé de participer à un essai clinique*.


La proposition de traitement vous est ensuite expliquée par le médecin de l’équipe qui vous soigne pour votre leucémie. Elle doit tenir compte de votre avis et faire l’objet de votre accord.


Un programme personnalisé de soins* (PPS) vous est alors remis, ainsi qu’à votre médecin traitant.

 


Quels sont les professionnels de santé qui interviennent ?


Vous êtes soigné dans un service d’hématologie au sein d’un établissement autorisé à pratiquer la chimiothérapie (liste des établissements de votre région disponible sur www.e-cancer.fr).
L’équipe spécialisée qui vous entoure travaille en lien avec votre médecin traitant (un médecin généraliste le plus souvent). Elle rassemble toutes les compétences nécessaires : hématologue*, biologiste*, oncologue médical*, infirmier, psychologue, assistante sociale, etc.

 


Leucémie d’origine professionnelle


Si une exposition professionnelle est présumée, le médecin qui pose le diagnostic doit rédiger un certificat médical initial. Il sera joint au formulaire de déclaration de maladie professionnelle* qu’il vous revient de compléter. Ces éléments sont à adresser à votre caisse d’assurance maladie. La reconnaissance en maladie professionnelle ouvre des droits spécifiques.

 

Les traitements d’une leucémie aiguë

 


À quoi servent les traitements proposés ?


Selon les cas, les traitements proposés ont pour but :

 

  • d’obtenir une rémission complète*
     

  • de la prolonger le plus possible et de guérir de la maladie en cherchant à détruire progressivement la totalité des cellules cancéreuses
     

  • de contenir l’évolution de la maladie si elle ne peut pas être éliminée.


Dans tous les cas, ils ont aussi pour but de traiter les symptômes, afin de vous
assurer la meilleure qualité de vie possible.

 


Quels sont les traitements disponibles ?


La leucémie aiguë est traitée le plus souvent par une série de cures de chimiothérapie intensive. Les médicaments sont administrés par voie intraveineuse, ce qui implique la pose d’une voie veineuse centrale*.


Le traitement comporte en général deux ou trois phases :

 

  • le traitement d’induction a pour objectif d’obtenir la rémission complète. Il est réalisé au cours d’une hospitalisation d’une durée de 1 mois minimum. Il entraîne une période d’aplasie* (4 à 6 semaines) qui peut nécessiter la prise d’antibiotiques et des transfusions de plaquettes et de globules rouges. La réalisation de myélogrammes permet de vérifier la régénération des cellules du sang et la disparition des cellules cancéreuses
     

  • le traitement de consolidation et éventuellement d’entretien consiste en plusieurs cures de chimiothérapie qui peuvent selon les cas nécessiter une réhospitalisation ou se dérouler en ambulatoire. Ces traitements ont pour objectif de prévenir une rechute.


La chimiothérapie entraîne des effets indésirables* qui diffèrent en fonction des médicaments. Outre les effets sur les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes), il peut s’agir de nausées, vomissements, diarrhées, chute transitoire des cheveux, mucite*… Ils sont expliqués, prévenus et traités par l’équipe spécialisée. Une fois rentré chez vous, n’hésitez pas à solliciter si besoin votre médecin traitant.


Dans certains cas liés aux caractéristiques de la maladie, une greffe de moelle osseuse peut être envisagée. Elle est réalisée par injection intraveineuse de cellules souches hématopoïétiques* provenant le plus souvent d’un donneur.

 


Les soins de support


Des soins et soutiens complémentaires pour vous et votre entourage peuvent être mis en oeuvre pour faire face aux éventuelles conséquences de la maladie et de ses traitements : fatigue, anxiété, dépression, problèmes sociaux, etc.


Ces soins, appelés soins de support, sont assurés par différents professionnels : psychologue, assistant social, etc. Ils exercent, selon les cas, au sein d’un établissement de santé (hôpital, clinique), à domicile, en consultation de ville, dans le cadre d’un réseau de santé, d’une structure de soins palliatifs*, d’une association de patients, etc.

 

Le suivi après les traitements

 

 

Pourquoi un suivi ?


Un suivi vous est proposé pour :

  • vous accompagner afin de vous aider à maintenir ou retrouver si besoin un équilibre psychologique, relationnel et professionnel
     

  • détecter et prendre en charge des effets indésirables tardifs des traitements
     

  • détecter et prendre en charge une éventuelle rechute.

 


En quoi consiste le suivi ?


Le suivi peut être assuré par votre médecin traitant en alternance avec l’équipe spécialisée en charge des traitements durant les 5 premières années ; puis par votre médecin traitant seul.


Il repose sur la réalisation régulière d’un examen clinique* et d’un hémogramme* éventuellement complété par un myélogramme* en cas d’anomalie de ce dernier. Le rythme de ces examens est adapté à votre situation et défini en accord avec vous. Votre médecin vous indique également les signes qui doivent vous amener à consulter en dehors des rendez-vous programmés, notamment : perte de poids inexpliquée, sueurs nocturnes, fatigue significative, essoufflement, fièvre persistante, infection, saignements, hématomes spontanés…


Le suivi de la maladie s’inscrit par ailleurs dans un suivi médical global incluant les recommandations habituelles de dépistage qui s’appliquent comme dans la population générale :

  • mammographie tous les 2 ans pour les femmes âgées de 50 à 74 ans (dépistage du cancer du sein)
     

  • test de recherche de sang dans les selles tous les 2 ans pour les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans (dépistage du cancer colorectal). 

 

______________________________________________________________________

Source des informations :  INCa ; Santé pratique ; FNRS ; INSERM  et extraits de : " La prise en charge
des leucémies aiguës de l'adulte
"  de HAS et INCa
.
______________________________________________________________________

 

En savoir plus

Les leucémies aigües de l'adulte

 

Glossaire

Les leucémies aigües de l'adulte
Les leucémies aigües de l'adulte

 

 

 

Rejoindre le groupe
Cancer et Partages
Consultez la page
Cancer et Partages
fbbleu.png Photo-groupe-cancer-et-part.jpg

 

A propos de Cancer et Partages :

Ce groupe est né de la lutte commune de patients et proches contre des aberrations administratives, législatives, conjointes à une inhumanité d'un système soit disant aidant. De là, naissent des situations alliant précarité et désespoir, entrainant parfois plus bas que la maladie des familles entières [...]
 


Stop au cancer sur facebook


 

Commenter cet article